L’Église et les réseaux sociaux

Une question récurrente : l’Église doit-elle être présente sur les réseaux sociaux ? Si oui, de quelle manière ?

Des outils utiles

Les réseaux sociaux sont des outils numériques d’information pour les communautés. Ils facilitent la communication entre membres, l’échange d’information, le rappel d’activités… Ces outils sont définitivement utiles… voire indispensables !

Par exemple, les événements sur facebook peuvent-être un moyen efficace pour inviter très largement et de manière très virale à un concert ou à la kermesse de l’Église. En effet, vous allez pouvoir envoyer à vos contacts facebook l’information, ceux-ci pourront indiquer s’ils comptent venir ou pas, et surtout pourront à leur tour inviter leur amis facebook.

À utiliser avec précaution

Sauf que… plusieurs objections freinent, à juste titre, leur utilisation. La première difficulté est d’avoir les compétences. Certes cela n’est pas très compliqué, mais il faudra suivre les perpétuelles nouveautés, nouvelles fonctionnalités… Ensuite, il va falloir jongler avec la pudeur de gens qui n’apprécieront pas toujours de voir ainsi exposée leur appartenance à l’Église. Ceci dit, les personnes voulant le moins exposer leur vie privée ne seront pas sur ces réseaux. Dernier écueil, le risque est grand de donner l’impression de prosélytisme. Dans tous les cas, il faudra manier les mots avec prudence.

Une présence sur le web ?

La tentation est forte également, de ne compter que sur un réseau social pour assurer sa présence publique : typiquement une page facebook où l’on pourra publier toutes les informations nécessaires. En faisant cela vous vous retrouvez dépendant de cet outil qui peut changer à tout moment, voir supprimer vos contenus quand il le désire. D’ailleurs les membres de l’Église ne sont pas nécessairement présents sur ce réseau, comme il existe de nombreuses personnes non connectées. Utiliser un tel outil ne peut se faire qu’en complément d’un site web qui assurera une présence officielle, pérenne et donnant une image sérieuse. Le site sera lui-même un complément du journal de la paroisse, accessible au plus grand nombre.

Twitter avec un visage humain

Twitter est un réseau social très utilisé, limitant l’utilisation à des messages de 140 caractères et pouvant contenir des images ainsi que des liens vers d’autres pages.

Si l’utilisation la plus simple va être de relayer les actualités de la paroisse, cela risque vite de ressembler à un robot, pas forcément très accueillant et un peu pénible à suivre. Pire que cela, si derrière le compte twitter personne ne répond rapidement aux question posées, vous atteignez le sommet de la déshumanisation.

Préférez donc un compte détenu par une personne identifiée (et nommée) qui pourra communiquer en son nom l’expression de sa foi et les actualités de son Église locale ou non. Le pasteur est très bien placé pour faire cela et vous pouvez prendre exemple sur d’autres : @templedumarais, @PasteurMarc, @pasteurwoody

Ce qui est intéressant à faire : transmettre un versets ou des réflexions à chaud, l’annonce des activités extra-ordinaires, l’envoi de photos et de commentaires pendant une cérémonie («livetweet»)… et surtout interagir avec les autres usagers pour renseigner.

Facebook en groupe et au delà

Facebook permet de faire beaucoup de choses, de la messagerie privée à la discussion publique, du partage de photos à diffusion d’événements… En bref, il convient parfaitement à l’animation d’un groupe. Le problème majeur de facebook c’est que beaucoup de personnes ne veulent pas l’utiliser, ce qui risque de conduire à l’exclusion de ces personnes de la communauté si elles ne sont pas tenues informées autrement.

L’utilisation pratique va être de regrouper ici les personnes qui se retrouvent dans la vie réelle et donc de prolonger sur le web la vie de la communauté.

Une autre utilisation est la diffusion des événements, facebook est vraiment très pratique pour cela même si d’autre outils existent, l’aspect virale de facebook (j’en parle à mes amis qui en parlent à leur tour à leur amis qui en parlent à leur tour à leur amis…) multiplie la diffusion de manière efficace et ciblée. Attention tout de même à ne pas l’utiliser trop souvent, il risquerait d’être abandonné : idéal pour les activités ponctuelles.

et les autres ?

Quelque soit le réseau social, les questions à se poser sont les mêmes : qui y accède ? Le réseau est-il ouvert au public ? Les membres de la communauté sont-ils présents sur ce réseau ? Comment sont informés les autres membres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *